Paris respire

mardi 18 décembre 2018

Pour lutter contre la pollution de l’air, nous devons multiplier les mesures volontaristes et accepter d’augmenter encore la part de l’espace public réservée aux piétons et aux circulations douces. C’est une nécessité initiée dès 2001 par Bertrand Delanoë et poursuivie résolument par Anne Hidalgo, notamment avec l’ouverture aux piétons du parc des rives de Seine sur les voies sur berges rive droite que la justice a récemment validée.
Alors que plus de la moitié de l’espace public est dédié aux véhicules individuels, les déplacements urbains des Parisiens effectués en voiture ne représentent que 13% de l’ensemble de leurs déplacements intra-muros. 52% s’effectuent à pied. Et ce chiffre s’élève même à près de 80% si l’on étudie les déplacements pour achats à Paris, contre seulement 4% en voiture. La vitalité commerciale des quartiers est donc corrélée à la possibilité de faire ses courses à pied.
Paris compte déjà beaucoup de zones piétonnes temporaires regroupées dans le dispositif intitulé « Paris respire ». Une vingtaine d’entre elles, réparties dans tous les arrondissements, sont réservées aux piétons et aux circulations douces, principalement les week-ends. Cinq secteurs supplémentaires rejoignent le dispositif en été. Depuis 2016, les Champs-Elysées deviennent également piétons le premier dimanche de chaque mois.
A l’instar de beaucoup de villes européennes, Paris réfléchit désormais à la possibilité d’étendre ces secteurs piétonniers à des quartiers entiers. Anne Hidalgo a proposé qu’une large concertation soit menée au centre de Paris pour réserver l’espace aux piétons, riverains et professionnels.
C’est une des nombreuses mesures qui peuvent contribuer à apaiser l’espace, à le rendre plus accueillant et plus sain. A nous permettre de mieux respirer.

 

Retrouvez-nous sur la page Facebook « Elus PS Paris » et sur Twitter @ElusPSParis

Partager :

Réagir

agenda

    No events

Groupe Socialiste et Apparentés
5 rue de Lobau
75004 Paris
Tél : +33(0)1 42 76 54 82