La lutte contre la misère et l’exclusion, grande cause de la mandature

lundi 4 mai 2015

àParis – Été 2015

 

 

Avec Anne Hidalgo, nous nous étions engagés à lutter avec détermination contre toutes les formes de précarité et d’exclusion. En mars dernier, un pacte inédit a été adopté à l’unanimité du Conseil de Paris pour faire reculer la misère dans notre ville.

Paris est une ville solidaire, une ville d’intégration mais qui concentre aussi beaucoup de destins brisés, de parcours accidentés. Malgré de nombreux dispositifs, 2000 à 3000 personnes vivraient dans la rue, ce qui est absolument intolérable. Une des difficultés majeures pour agir efficacement dans ce domaine tient à l’extrême diversité des situations individuelles comme des causes qui y ont conduit.

Depuis 2001, plus de 1.2 milliard d’euros ont été consacrés chaque année aux politiques sociales, notamment en soutien des familles et des enfants. Plus de 3000 places d’hébergement ont été créées et six restaurants solidaires accueillant chaque soir plus de 1000 personnes ont été financés entièrement par la Ville.

Ces efforts doivent être amplifiés aujourd’hui car la crise économique a renforcé la précarité, le nombre et le parcours des personnes en difficulté ayant ainsi profondément changé. Il devenait alors évident que la lutte contre l’exclusion ne pouvait pas seulement se traiter par un renforcement sans limites de moyens financiers mais surtout par une modification profonde des prises en charge et des collaborations entre les différents acteurs. C’est l’objet de ce pacte porté par Anne Hidalgo et son adjointe Dominique Versini.

Il se compose de 106 engagements très concrets qui construisent une réponse globale et adaptée aux différentes situations individuelles. Il vise ainsi par exemple à prévenir la mise à la rue en améliorant l’accès au logement et la prévention des expulsions. Il permet aussi l’organisation coordonnée des actions sur le terrain par arrondissement. Le nombre de restaurants solidaires doublera d’ici la fin de la mandature et des haltes de nuit seront créées, compléments indispensables aux centres d’hébergement classiques.

Enfin, sous l’impulsion de Nawel Oumer, conseillère déléguée en charge de la petite enfance, les mineurs étrangers isolés seront accueillis dès le premier jour, afin d’éviter qu’ils se retrouvent à la rue dans l’attente de l’examen de leur situation. C’est un progrès très important, salué par les associations.

La solidarité, c’est l’honneur de Paris. Ensemble, refusons le drame de l’exclusion.

 

Rémi FERAUD, Président du groupe socialiste et apparentés

 

Partager :

Réagir

agenda

    No events

Groupe Socialiste et Apparentés
5 rue de Lobau
75004 Paris
Tél : +33(0)1 42 76 54 82