La France doit faire plus pour les réfugiés

mardi 16 juin 2015

Communiqué de presse des groupes communiste – Front de gauche, écologiste, socialiste et apparentés, radicaux de gauche centre et indépendants.

 
Depuis plusieurs mois, Paris est confrontée à un afflux de migrants, pour la plupart réfugiés de pays où la violence fait rage. Originaires presqu’exclusivement de l’Erythrée et du Soudan, ils fuient des régions où ils sont en grand danger. Si cette situation d’urgence appelle des mesures d’urgence, elle est aussi révélatrice du manque de dispositif d’accueil et d’accompagnement auquel l’État doit apporter des réponses. Grâce à la mobilisation d’habitant-es, d’associations, de militant-es et d’élu-es parisiens, l’accueil et l’hébergement de plus de 600 réfugiés a déjà pu avoir lieu à Paris ou à proximité, mais cela n’est pas suffisant.

Le 9 juin dernier, Anne Hidalgo a manifesté son soutien à la création d’un centre d’accueil pour les migrants, où ils pourraient être hébergés et décider s’ils veulent ou non demander l’asile en France. L’État doit prendre ses responsabilités pour apporter des solutions d’hébergement, d’accueil (accès aux droits sociaux, sanitaires et juridiques, traduction systématique de tous les documents, etc. ) et de prise en charge de l’ensemble des personnes et familles concernées.

Tout d’abord, en créant un ou plusieurs centre(s) d’information, d’accueil et d’hébergement pour les exilés. Situés en Île-de-France et notamment à Paris, ces structures devront pouvoir accompagner tous les migrants, qu’ils soient demandeurs d’asile ou en transit et susceptibles de le demander. Seule la mise en place d’un ou plusieurs lieux pérennes permettra de développer un dispositif efficace d’accompagnement par les associations et les services de la ville et de l’État.

Ensuite, en créant plus de places d’hébergement au sein des plates-formes d’accueil pour demandeurs d’asile (PADA). Le plan d’action présenté en mai par la Commission européenne prévoit une prise en charge par la France de 9.000 réfugiés supplémentaires. Les objectifs et les moyens humains du dispositif de droit d’asile doivent être revus à la hausse pour permettre à la France de prendre toute sa part dans la protection des populations persécutées ou qui fuient des pays en guerre.

Nous souhaitons que le plan que présentera demain le gouvernement réponde à ces enjeux essentiels.

 

David Belliard et Anne Souyris, coprésidents du Groupe écologiste de Paris

Nicolas Bonnet, président du groupe Communiste – Front de gauche

Jean-Bernard Bros, président du groupe Radicaux de gauche, centre et indépendants

Rémi Féraud, président du groupe Socialiste et apparentés

Partager :

Réagir

agenda

    No events

Groupe Socialiste et Apparentés
5 rue de Lobau
75004 Paris
Tél : +33(0)1 42 76 54 82