Intervention de Philippe Ducloux relative à la rentrée scolaire 2016

mercredi 28 septembre 2016

Seul le prononcé fait foi

 

Madame la Maire, chers collègues,

La rentrée scolaire et périscolaire des petits et des jeunes Parisiens (et aussi de quelques grands), est chaque année un moment fort important pour les élèves et leurs familles, ainsi que pour la communauté éducative et l’ensemble des femmes et des hommes qui inlassablement agissent pour que l’éducation ne soit pas un vain mot à Paris, mais au contraire se réalise dans les meilleures conditions d’accueil et d’apprentissage.

J’adresse à tous, au nom du groupe socialiste et apparentés au Conseil de Paris, une bonne et heureuse année scolaire… bien sûr aux 200.000 jeunes accueillis dans nos 790 établissements municipaux, et au-delà, à la totalité des élèves, collégiens et lycéens scolarisés dans la Capitale, ainsi qu’aux équipes encadrantes, d’enseignement, d’animation, de direction, de gestion, de services, de surveillance, dont il convient ici de saluer l’engagement et  le dévouement.

Et je veux tout particulièrement souligner la qualité de la contribution des personnels de la Ville, sous votre autorité, Madame la Maire et celle de votre adjointe, Alexandra Cordebard dont le travail, exemplaire à tous égards, est salué et apprécié comme il se doit par l’ensemble des acteurs et par les élus de Paris bien au-delà des bancs de notre majorité.

Beaucoup l’ont dit avant moi, de part et d’autre de cet hémicycle du reste, et cela mérite d’être souligné, la rentrée scolaire 2016-2017 s’est bien passée.

Elle s’est bien passée parce qu’elle a été bien préparée : c’est le premier point que je voudrais développer (I).

Elle s’est bien passée, et c’est le second point, parce que le travail partenarial réalisé sous l’égide de la collectivité parisienne, avec les services de l’académie de Paris, avec la CAF et l’ensemble des partenaires de l’éducation, a permis de renforcer les moyens et d’améliorer les dispositifs (II).

Enfin, plus que jamais, dans le contexte général que nous connaissons, en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme, l’éducation est une « arme », en tout cas, un outil des plus précieux pour, comme vous l’avez dit, Madame la Maire dans votre communication, pour la transmission des valeurs de la République et la formation du citoyen de demain, je conclurai par ce dernier point (III).

  • Si la rentrée scolaire 2016-2017 s’est déroulée et se déroule dans les bonnes conditions que nous savons, ce résultat est le fruit d’un engagement prioritaire de notre collectivité en faveur de l’éducation, qu’il s’agisse des ressources mobilisées à l’échelle parisienne que de l’action des arrondissements.

 

Vous l’avez dit, chaque année, nous consacrons 850 M€ aux dépenses de fonctionnement courant, travaux et personnels, afin d’accueillir les petits et jeunes Parisiens dans les meilleures conditions au sein des établissements scolaires municipaux du premier et du deuxième degré (à savoir 663 écoles dont une nouvelle ouverte dans le 18e arrondissement, 115 collèges et 12 lycées municipaux).

Et s’il n’est pas attendu l’été pour tout faire, l’été reste bien entendu un moment crucial pour atteindre nos objectifs, répondre aux nouveaux besoins, et adapter nos équipements aux évolutions comme aux menaces.

C’est ainsi que, pour deux mois de travaux, le budget d’été 2016 d’entretien et de sécurisation des écoles, collèges et lycées municipaux, s’est élevé à 40 M€, consacrées à pas moins de 1.171 opérations de rénovation et d’entretien. À titre d’exemple, et pour ne citer que certaines opérations d’envergure, je pense au collège Condorcet dans le 8e, qui pour 1,3 M€ a bénéficié du désamiantage et de la rénovation du réfectoire. Il en est de même pour deux salles de sciences du collège Germaine Tillion dans le 12e pour 380.000 €. Aussi, dans le 10e, au collège Bernard Palissy, où la création d’un pôle scientifique et le déplacement du centre de documentation et d’information ont coûté 363.000 €.

  • S’agissant du 2e point de mon intervention, la qualité de la rentrée scolaire et périscolaire parisienne 2016-2017 est également le fruit d’un important travail partenarial ayant abouti à la mise en œuvre d’un nouveau Projet ÉDucatif Territorial, lequel a notamment bénéficié des conclusions de la Mission d’information et d’Évaluation de la politique périscolaire parisienne qui s’est déroulée de novembre 2015 à mai 2016

Un nouveau Projet Éducatif Territorial pour Paris, produit par la Ville, le Rectorat, la préfecture, la CAF, et  proposant des parcours éducatifs cohérents de la maternelle au lycée pour la période 2016-2019, est entré en vigueur le 1er septembre dernier, après évaluation du 1er PEDT initié en 2013.

Ce projet nous engage sur des objectifs fondamentaux que sont la réussite et l’épanouissement personnels, la socialisation et l’autonomisation, ainsi que l’égalité des droits, la cohérence éducative entre le scolaire et le péri- et l’extra-scolaire, et l’association des parents et le soutien des familles.

Le nouveau PEDT a bénéficié du travail de la Mission d’Information et d’Évaluation de la politique périscolaire parisienne, à laquelle j’ai eu grand plaisir à participer aux cotés de Catherine Baratti-Elbaz, Rapporteure de la Mission, et de l’ensemble de ses membres, et j’en profite pour de nouveau (comme je l’ai fait en mai dernier) saluer le travail sérieux qui a été fait à cette occasion, pour preuve, les 50 préconisations de la MIE adoptées à l’unanimité par notre Assemblée.

C’est ainsi que les partenaires s’engagent à approfondir  la démarche de Co-construction d’un parcours éducatif cohérent et de qualité avant, pendant et après l’école, pour chaque jeune parisien. Ce qui permet par exemple aux animateurs et intervenants associatifs de contribuer aux parcours citoyens, d’éducation artistique, culturelle ou de santé mis en place par l’Éducation Nationale en s’appuyant par exemple sur des dispositifs comme l’ »Art pour grandir ». (Pour rappel, Paris développe ce dispositif depuis 2009, et durant l’année scolaire 2015-2016, il a concerné 260 écoles, 228 centres de loisirs, 99 collèges, 3 lycées municipaux, et 80 établissements et associations culturelles ainsi que les services culturels de la VP).

C’est aussi dans ce cadre qu’en 2016-2017, 35 résidences artistiques seront mises en œuvre dans les collèges.

Il est à noter et nous saluons également l’arrivée d’un nouveau dispositif, le « parcours de sensibilisation musicale » qui sera déployé à destination de tous les élèves de cours préparatoire, qui bénéficieront alors sur le temps scolaire de 6 heures d’atelier de découverte musicale et de pratique d’un instrument, assurées par les enseignants des conservatoires et les professeurs de la ville de Paris.

De même, les contenus des temps périscolaires seront repensés notamment sur le temps de la pause méridienne. Au-delà, l’articulation entre ateliers périscolaires et ateliers bleus sera renforcée. Et une offre spécifique d’activités sera proposée aux élèves de cycle 3 (CM1/CM2 et 6e).

De plus, l’effort de la Collectivité parisienne en faveur de l’intégration en milieu ordinaire des enfants en situation de handicap est remarquable et réaffirmée : plus de 600 enfants accueillis sur les temps scolaire et péri&extra-scolaire.

  • Enfin, et troisième point que je souhaite aborder pour conclure, une bonne rentrée est aussi affaire de qualité des ressources humaines mobilisées.

J’en veux pour preuve, par exemple, les initiatives que vous prenez en matière périscolaire pour renforcer la formation de nos personnels.

Il faut sans doute redire que notre Ville assure chaque semaine la participation de 108.200 enfants à 16.200 ateliers éducatifs sur les temps d’accueil périscolaire, et de 33.400 enfants aux centres de loisirs du mercredi après-midi.

Ainsi, conformément aux préconisations de la MIE, et pour faire face à la qualité et à la richesse de l’offre péri- et extra-scolaire parisienne saluées par la MIE et le PEDT, vous envisagez de créer une école des métiers de l’animation et de mettre en place des formations communes aux professionnels de l’EN et de la VP.

Au-delà, il faut noter qu’en 2015, la formation des agents de la DASCO a concerné 7.600 femmes et hommes, soit 63% de l’effectif.

J’ajoute qu’en 2016 seront mis en place des parcours de formation à destination des animateurs et de leurs encadrants, soit 12,5 jours de formation sur 2 ans, portant sur 3 axes : le sens et les valeurs éducatives, le management, et la relation avec les usagers et les partenaires. Quant au parcours spécial animateurs, il portera cette année sur 9 jours par an pour 600 animateurs.

Tout cela pour dire l’ambition de la politique scolaire, péri et extra-scolaire que porte notre majorité sous votre autorité, Madame la Maire. Vous pouvez compter sur le soutien résolu du groupe socialiste et apparentés dans son entier.

Partager :

Réagir

agenda

    No events

Groupe Socialiste et Apparentés
5 rue de Lobau
75004 Paris
Tél : +33(0)1 42 76 54 82