Intervention de Marinette Bache relative à la création d’un centre de premier accueil humanitaire – Séance du Conseil de Paris des 26 au 28 septembre 2016

mercredi 28 septembre 2016

Seul le prononcé fait foi

 

Madame la Maire,  mes chers collègues,

Des milliers de personnes dans le monde fuient la famine ou la guerre et sont contraintes de se quitter leur pays.

Si tout doit être mis en œuvre pour permettre, là-bas, de régler ces conflits, tout doit aussi être mis en oeuvre, ici, pour que notre République puisse accueillir dignement ces réfugiés.

C’est cette réponse qu’apportent aujourd’hui la Maire de Paris et le maire d’Ivry. C’est cette réponse que nous devons entériner lors de ce Conseil. Que certains croient pouvoir profiter de la concomitance de la crise économique et de la venue de ces réfugiés est révoltant. Qu’ils tentent de profiter et d’attiser l’entrechoquement des misères est criminel.

Par cette délibération, nous sommes fidèles à notre histoire, à celle de la République qui a toujours voulu que la France soit terre d’accueil. Ainsi la commune d’Ivry accueillit les Républicains espagnols en 1936,  ainsi Paris accueillit nombre de latino-américains après le coup d’Etat de Pinochet grâce à la création de l’association France Terre d’Asile.

Je suis horrifiée de voir à quel point certains politiques de droite trouvent tous les prétextes du monde pour remettre en cause le droit d’asile. Et que d’autres, à gauche, heureusement en nombre fort limité, renforcent ce concert pour dire que le droit d’asile, oui, mais pas chez nous, pas ici. C’est intolérable. De facto tous ces propos ont une conséquence : rendre plus difficile la mise en place d’un accueil digne des réfugiés et leur intégration.

De tout temps certains cherchèrent des prétextes pour que le droit d’asile ne soit pas universel, qu’il soit limité, que les moyens pour le demander soient complexifiés, etc. Cela ne date pas d’hier et je pourrais même remonter à Innocent III et Grégoire IX qui en exclurent les juifs et les hérétiques pour ne pas provoquer d’appel d’air.

La France et la République, elles, méritent mieux que ça.

Paris répond présent et nous en sommes heureux. S’appuyer sur Emmaüs-Solidarité c’est le choix du sérieux et de l’expérience. Je tiens à saluer la transparence de cette délibération qui nous permet de donner les moyens en nature par la mise à disposition des parcelles des 58 à 72 Boulevard Ney, et les moyens financiers, à hauteur de 2,33 millions d’euros, à Emmaüs-Solidarité pour assurer le gîte, le couvert et les droits de ces femmes et de ces hommes fuyant la guerre et la misère.

Par ce geste, Paris et Ivry s’honorent. Pour des centaines d’hommes, de femmes, d’enfants ayant fait le choix déchirant d’abandonner leur patrie, leurs amis, leur famille, c’est, je l’espère, la promesse républicaine qui vient à eux. Ils sont les bienvenus, comme l’ont été nos ancêtres.

Je vous remercie.

mb_vignette_tw_sept2016_dlh133_2 mb_vignette_tw_sept2016_dlh133

Partager :

Réagir

agenda

    No events

Groupe Socialiste et Apparentés
5 rue de Lobau
75004 Paris
Tél : +33(0)1 42 76 54 82